Immobilier

Un autre façon d’investir
Ces dernières années, investir dans l’immobilier s’est révélé un excellent placement. S’il est peu probable que nous revivions exactement le même scénario les prochaines années, ce secteur n’en est pas moins à dénigrer à titre de diversification, notamment grâce à l’excellent rendement du dividende proposé.

Votre premier investissement immobilier …
Pour la plupart d’entre nous, le premier investissement immobilier que nous faisons concerne l’achat d’une maison ou d’un appartement pour notre usage propre. Pour ce faire, les sommes en jeu étant sensiblement élevées, on est obligé de s’endetter via un prêt hypothécaire et d’en prendre pour 20 ans comme on dit communément ;-)).

Acheter pour louer
La façon la plus directe d’investir dans l’immobilier consiste à acheter un immeuble et de percevoir les gains venant des revenus locatifs. Par la suite, vous pouvez également réaliser une plus-value intéressante en cédant l’immeuble à très bon prix. Deux bémols néanmoins à cette stratégie : non seulement l’achat d’une maison ou d’un appartement exige un investissement lourd, mais en plus le législateur belge lui associe des droits d’enregistrement élevés, ce qui rend l’achat coûteux.

Trois autres façons d’investir
Il existe trois autres produits qui permettent d’investir directement et efficacement dans l’immobilier : le certificat immobilier (produit typiquement belge), la sicafi et la sicav immobilière.

Le certificat immobilier
Le certificat est assimilé à une preuve de propriété de l’immeuble sous-jacent (il s’agit généralement d’un bâtiment, plus rarement de plusieurs). En tant que détenteur d’un certificat, vous dépendez des revenus locatifs. Le certificat verse l’ensemble du bénéfice sous la forme d’un dividende, ce qui signifie généralement un rendement de dividende assez élevé (pour autant que l’ensemble du bâtiment soit loué).

Désavantage immédiat : la diversification n’est limité qu’à un voire plusieurs bâtiments et les dividendes sont fortement impactés par la vacance locative. De plus, le gestionnaire doit vendre le bâtiment dans un délai de 15 à 25 ans, au moment qu’il juge opportun.

Les sicafi et sicavs immobilières
Ce sont des fonds immobiliers détenant un portefeuille d’immeubles. Les fonds garantissent donc une diversification importante. Entre les sicavs immobilières et les sicafis, il y a une différence de taille. La sicafi (société d’investissement à capital fixe) investit directement dans l’immobilier et est cotée en bourse. La société d’investissement à capital variable (sicav) investit pour sa part indirectement dans l’immobilier (via l’investissement dans des sociétés actives dans le secteur immobilier) et n’est généralement pas cotée. L’investissement indirect en immobilier s’organise par des certificats ou des fonds immobiliers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>