Assurance-vie

Dans ce chapître, je ne parlerai que du compte assurance qui est actuellement le produit le plus populaire. Par la suite, je décrirai aussi une des raisons principales de ce type d’assurance : l’avantage fiscal qui peut être associé à ce type de placement à long terme (jusqu’à la pension).

C’est un produit d’investissement proposé par les compagnies d’assurance, dont le capital est protégé et le rendement minimal garanti. Il n’est donc pas anonyme et vous pouvez également désigner d’autres bénéficiaires que vous-même. Par défaut, vous êtes le bénéficiaire du contrat d’assurance.

Par rendement minimal garanti, il faut comprendre que l’organisme d’assurance fixe un rendement minimal annuel qui est souvent augmenté d’une partie bénéficiaire inconnue mais variable (en fonction des résultats de l’organisme). Le tout formant le rendement de votre compte assurance.

Par exemple, si le rendement garanti est de 3.25%, vous êtes sûr de toucher 32.5€ par tranche de 1000€ investie. Si l’organisme vous octroie une partie bénéficiaire de 1%, le rendement total sera de 4.25%, soit 42.5€ par tranche de 1000€ investie.

Par contre, l’année suivante, la partie bénéficiaire ne sera pas nécessairement la même. Elle pourrait être de 1.5%, voire 0.5% ou même nulle.

Si vous maintenez le capital de votre compte assurance pendant huit ans et un jour, le rendement obtenu est exempt du précompte mobilier de 25%. Sinon, le rendement doit en être diminué d’autant.

Ce compte bénéficie aussi d’une grande souplesse au niveau des versements ainsi que des éventuels retraits (pas vraiment conseillé il est vrai, du moins pendant les 8 premières années et un jour). Néanmoins, il doit être souscrit dans une optique de huit ans et un jour au minimum.

Lorsqu’on souscrit un compte assurance en tant qu’assurance-vie fiscal, on jouit également d’un avantage fiscal supplémentaire pour l’épargne à long terme (appelée immunisation fiscale). Dans ce cas, le compte assurance porte jusqu’à l’âge de la pension (65 ans actuellement pour les hommes).

Cet avantage fiscal porte sur un versement maximum annuel qui est indexé chaque année. Il consiste à reverser au souscripteur un montant de 30% de ses versements annuels via sa déclaration d’impôt.

Une fiche de versement, fournie par l’organisme d’assurance, doit être ajoutée à la déclaration fiscale.

Revers de la médaille, lorsque vous touchez le montant de votre assurance-vie (à l’âge de la pension), 10% est prélevé par l’état. Mais cela est largement compensé par l’avantage fiscal cumulé annuellement.

N’hésitez pas à demander à votre intermédiaire financier une simulation reprenant la prime que vous devez payer annuellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>