Assurances placements

En vulgarisant un peu, on peut dire que les assurances placements fonctionnent de la même manière que les sicavs mais en offrant des possibilités différentes.

En fait, il s’agit d’un contrat d’assurance qui est couplé à une ou plusieurs fonds de placement ou sicavs et à certaines conditions et stratégies spécifiques. La durée du contrat peut être fixée ou non.

Le contrat d’assurance souscrit est nominatif et pour un montant de souscription fixé. J’attire votre attention sur le fait qu’un montant minimum est souvent spécifié pour ce type de contrat, généralement de l’ordre de 2500€.

Il est généralement souscrit pour de longues durées (huit voire dix ans au minimum) voire souvent pour des durées illimitées. De plus, les frais de rachat du contrat sont souvent élevés les premières années. Donc, ceci n’est réservé que pour de l’argent dont vous n’aurez plus besoin avant de longues années.

En fonction des types de contrat (généralement de durée illimitée), des versements libres supplémentaires sont permis sans que cela ne change la répartition des actifs. Les montants minimum de ces versements complémentaires avoisinent souvent 500 voire 1000€. Cela permet donc d’augmenter progressivement votre investissement en fonction de vos moyens.

Mais la caractéristique la plus intéressante de ce type d’assurance est la souplesse du contrat ainsi que les stratégies mises en œuvre, mais il ne faut pas oublier que la valeur de ces contrats varient en fonction des placements sous-jacents.

Car contrairement au sicavs, le contrat d’assurance permet de prendre en compte divers types d’investissement (immobilier, obligations, actions, devises, …) et de les moduler entre eux.
Ceci permet donc d’avoir un porte-feuille équilibré tout en n’ayant pas nécessairement de gros montants à investir.

Par exemple, certains contrats permettent au souscripteur de choisir la proportion et le type de fonds qui vont constituer le sous-jacent (30% d’obligations en Euro, 10% d’obligations en Dollars US, 40% en actions européennes et le reste en actions américaines) avec la possibilité de revoir cette affectation en fonction de l’évolution de l’économie.

Un autre exemple que j’aime beaucoup est le contrat d’assurance qui permet de faire varier le type d’investissement en fonction du temps. Mais ce type de contrat n’a de raison d’être que sur de très longues périodes (jusqu’à 65 ans, soit la pension). La politique étant de débuter le fond avec des actions pour ensuite augmenter proportionnellement le poids des obligations au cours du temps et ainsi stabiliser graduellement la valeur de l’investissement vers la fin de vie du produit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>